La grille horaire est ajustée à votre fuseau horaire [02H32 HE]. Vous pouvez changer de fuseau horaire à l'aide du bouton dans le coin à droite.

X

Blogue TV5

Blogue TV5

retour aux blogues

Sacrés objets

Nostalgie

ÉCRIT PAR : La carte
PUBLIÉ LE : 11 septembre 2017

Je suis Sidney Crosby.

Mais je suis aussi P.K. Subban et Carey Price. Et j’ai été Guy Lafleur, Mario Lemieux, Maurice Richard, Bobby Orr, Larry Robinson, Phil Esposito et tant d’autres. J’ai même été Howie Morenz et Aurèle Joliat, il y a presque cent ans.

Je ne suis qu’un petit bout de carton. On m’échange, on me jette, on me collectionne. Je fais briller les yeux des enfants et je suis leur espoir de richesse quand ils deviennent grands. Je ne coûte presque rien à produire et on peut m’obtenir un peu partout. Dans les boîtes de céréales, dans les paquets de gomme, même dans les stations-service, à une certaine époque.

Je suis une carte de hockey, un petit bout de rêve coloré qu’on donne aux enfants d’ici. Avec moi, ils ont appris les mathématiques et la géographie, en calculant les moyennes d’arrêts de Patrick Roy ou en découvrant que leur joueur favori venait de Vladivostok, Stockholm, Red Deer ou Thurso. Grâce à moi, ils se sont faits des amis (ou des ennemis) pour la vie. À cause de moi, ils se sont fait punir par leurs professeurs ou ils ont été privés de sortie par leurs parents.

Je ne suis en effet qu’un petit bout de carton coloré, mais je suis fait de la passion qui habite les Québécois pour le hockey. De leur attachement pour ces vedettes qui les font rêver depuis toujours. Quand ils passent à l’âge adulte, la plupart m’oublient et ne repensent à moi que sporadiquement, avec nostalgie. D’autres restent accros et continuent à me collectionner. Ils me glissent dans des pochettes de plastique et ne me manipulent plus qu’avec des gants ou avec un très grand soin.

C’est dans les années 80 que j’ai été le plus populaire ici, je crois. Grâce à la fameuse rivalité entre les Nordiques et les Canadiens, grâce à des joueurs comme Wayne Gretzky, Mario Lemieux ou Patrick Roy et grâce à la Coupe Stanley du Canadien en 1986, que personne n’avait vu venir. Ça a été mes heures de gloire, j’étais au sommet.

Je ne dis pas que le Québécois n’aime plus le hockey. Bien au contraire. Regardez le nombre de fanions sur les voitures du Québec quand arrivent les séries éliminatoires. Mais j’ai quand même l’impression qu’il y a quelque chose qui n’est plus comme avant. Le hockey est devenu un « business » et ne fait plus rêver les petits Mario, Wayne ou Patrick comme avant.

Ça me manque, à moi. Pas vous?

Sacrés objets

Suggestion